Le ping-pong, thérapie ludique contre la maladie de Parkinson

Ses yeux ne quittent pas la petite balle ronde, ses bras se délient. Luci Krippner oublie complètement la maladie de Parkinson quand elle joue au ping-pong dans un gymnase de Berlin.
"Je m'entraîne parfois pendant 3 heures, librement, sans me rendre compte que je fatigue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *